« Giorgia Meloni dévoile une Italie séduite par le nucléaire – Révélations Chocs ! » Dans l’Italie de Giorgia Meloni, la tentation du nucléaire

L’Italie envisage un retour à l’énergie nucléaire

Gilberto Pichetto Fratin, le ministre italien de l’environnement et de la sécurité énergétique, a exprimé sa conviction que l’énergie nucléaire est essentielle pour répondre à la demande future d’énergie et pour atteindre les objectifs de décarbonation. Il a fait cette déclaration dans une interview accordée au quotidien Innova hair.

L’Italie, autrefois leader dans l’industrie nucléaire, a abandonné cette source d’énergie après le désastre de Tchernobyl en 1986. Cependant, à la lumière de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2022 et des défis qu’elle a posés en matière d’autonomie énergétique, le débat sur le retour au nucléaire est réapparu.

Dépendance envers le gaz russe

Avec 40% de ses réserves en gaz provenant de Moscou, l’Italie est fortement dépendante de la Russie pour son approvisionnement énergétique. Cette dépendance a suscité un nouveau débat sur le nucléaire et, cette fois, le gouvernement d’extrême droite et de droite, dirigé par la présidente du conseil, Giorgia Meloni, semble déterminé à avancer malgré les défis à long terme et l’opposition du public.

Pour l’Italie, le retour à l’énergie nucléaire signifierait la récupération d’une tradition abandonnée il y a quatre décennies. En tant que terre natale du physicien Enrico Fermi, pionnier de l’atome, l’Italie a construit sa première centrale nucléaire en 1963 et était autrefois le troisième producteur d’énergie nucléaire derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Résistances et catastrophes nucléaires

Cependant, l’industrie nucléaire italienne a été confrontée à une opposition croissante du public au cours des années 1970. Le désastre de Tchernobyl a finalement scellé le sort de l’industrie, lorsque 80,6% des votants ont voté contre la poursuite de l’énergie nucléaire lors d’un référendum en 1987. Un deuxième référendum en 2011, à la suite de la catastrophe de Fukushima, a confirmé la décision de l’Italie d’abandonner l’énergie nucléaire.

Une plate-forme nationale pour l’énergie nucléaire

Selon M. Fratin, au vu de la nécessité de se détourner des énergies fossiles et de soutenir les énergies renouvelables intermittentes telles que le solaire et l’éolien, ainsi que pour des raisons de sécurité énergétique, l’énergie nucléaire doit être envisagée comme une solution. Avec le soutien du Parlement, son ministère a mis en place une plate-forme nationale pour l’énergie nucléaire durable en septembre 2023. Cette plate-forme devrait livrer ses premières conclusions sur les perspectives de l’énergie nucléaire en Italie à l’automne.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *